About


decoration-artnouveau-new.gif

About me

portrait Nicolas Boria da Gianfranco Busanca

credit: Gianfranco Busanca

Je suis un photographe d’art et chercheur universitaire français, vivant entre Paris et Turin.

J’ai besoin de photographie comme d’autres personnes ont besoin d’aller courir, d’ouvrir un livre ou d’allumer la télévision. Les heures passés à travailler et expérimenter dans la chambre noire sont mes heures en dehors du monde, loin des soucis quotidiens.

J’aime la photographie argentique pour sa poésie intrinsèque, la valeur particulière qu’elle confère à chaque image, et les possibilités d’exploration infinies qu’offre le processus chimique du développement.

J’ai commencé a pratiquer la photographie en 2008, année de l’achat de mon premier reflex numérique, et j’organisais ma première exposition à Paris en 2009. Mon parcours photographique m’a toujours porté plus profondément vers la pratique de procédés alternatifs, antiques ou expérimentaux. La technique ne m’intéresse que dans la mesure où sa maitrise permet de la dépasser : connaitre les règles pour mieux pouvoir les tordre où les briser. Déclencher l’accident photographique contrôlé. Laisser place au hasard, mais limiter son intervention. Trouver l’équilibre précis entre rêverie et concentration.

Je photographie dans pratiquement tous les formats et sur tous supports non numériques.

Depuis 2008, J’ai participé à de nombreux projets et mes travaux ont étés exposés en France, en Italie, en Allemagne, en Pologne et en Suisse. En avril 2015 je me lance dans un projet fou et particulièrement enthousiasmant : celui de redonner vie et de revisiter l’activité de photographe ambulant comme elle existait il y a un siècle. Depuis j’ai déjà réalisé des centaines de portraits en pleine rue qui ont été développés sur le moment.


decoration-artnouveau-new.gif

About Slow Photography

10463746_10205412319701749_8046649310396025739_o copie

credit: Roberta Melchiore

On se sent toujours plus « tous photographes ». Certains le réfutent, d’autres le regrettent. Je crois pour ma part que c’est une réalité. Entre instagram et « selfie-stick » d’une part, et des reflex numériques de plus en plus abordables et performants d’autre part, l’idée de photographie et du métier de photographe est en profonde mutation, de nouveau. Plus (ou moins) qu’une révolution, je crois qu’il s’agit simplement d’une continuation naturelle et logique sur le chemin que la photographie a suivi depuis sa création dans les années 1830. Plaques produites industriellement, film en celluloïd et brownies Kodak, reflex bi-objectif, puis pentatrisme et SLRs, polaroid et finalement appareils numériques sont autant d’étapes sur un chemin qui a toujours rendu la photographie plus simple et plus abordable, et les matériaux photographiques plus sensibles et plus faciles à développer. Plus rapide. Peut-être peut-on parler de « fast-photography ».

Pour ma part je souhaite que chaque clichés soit spécial. Ré-attacher une valeur symbolique à chaque photographie. Je photographie peu, par choix. Ces dernières années je me suis concentré particulièrement sur la photographie grand format, principalement pour le rythme lent qu’elle impose, qui correspond bien à l’idée de la photographie comme je l’aime. Une photographie de plaisir et de magie. Plaisir de prendre une photo comme un boit une gorgée de vin millésimé. Plaisir pour les modèles aussi, de vivre un moment unique quand ils prennent la pose, puis de repartir avec dans les mains un objet spécial, artisanal et hors du temps. Voilà ce qu’est la « slow photography ».


logo nicolas boria slow photography vintage photobooth turin légèreté & profondeur




Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/nicolasb/public_html/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 399